Variole simienne (Monkeypox)

 

Qu'est-ce que c'est ?

La variole simienne ou Monkeypox est une infection virale qu’on trouve le plus souvent en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest.

Pourquoi parle-t-on de variole simienne ?

Depuis le début du mois de mai 2022, des cas d’infection ont été confirmés dans certains pays occidentaux. Les éclosions font l'objet d'une enquête pour découvrir pourquoi le virus se manifestait dans des pays où il ne le ferait normalement pas, tous en même temps.

Comment se transmet la maladie?

Une transmission de personne à personne peut se produire par contact étroit et prolongé avec des sécrétions respiratoires infectées, des lésions cutanées, ou avec des objets (vêtements ou draps) récemment contaminés par les fluides provenant de lésions. Le virus peut également être transmis à un enfant à naître.

Le risque de variole simienne ne se limite pas aux personnes sexuellement actives ou aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Quiconque est en contact étroit avec une personne contagieuse est à risque.

Il est inconnu si le virus se transmet par contact occasionnel, par exemple en allant au magasin ou en voyageant en avion avec quelqu'un.

 

Quels sont les symptômes ?

La variole simienne se manifeste par des symptômes comme des maux de tête, fièvre, frissons, mal de gorge, inconfort général, fatigue, douleurs musculaires et dorsales, douleurs articulaires, ganglions lymphatiques enflés, sueurs nocturnes, éruption cutanée et lésions cutanées, particulièrement au niveau de la bouche et des organes génitaux.

Est-ce qu’il y a des complications ?

La maladie se résout d'elle-même en 2 à 4 semaines dans la majorité des cas. Des cas très rares de complications graves comme des infections secondaires, une pneumonie, une septicémie, une encéphalite, une méningite et des infections oculaires peuvent toutefois survenir.

Le traitement existe-t-il ?

Il n'existe pas de traitement spécifique contre une infection par le virus de la variole simienne (Monkeypox). Les symptômes disparaissent généralement naturellement.

Existe-t-il un vaccin disponible pour prévenir la variole simienne ?

Un vaccin est disponible pour prévenir l'infection de variole simienne. Il a été démontré que la vaccination contre la variole aide à prévenir ou à affaiblir la maladie. L'efficacité du vaccin est estimée à 85 %. Ce vaccin est sécuritaire. Dans la majorité de cas, il est très bien toléré et ne provoque aucun effet secondaire.

 

Qui peut recevoir un vaccin contre la variole simienne ?

Certaines personnes peuvent bénéficier d'une protection contre la variole simienne :
  • Toutes les personnes qui ont été en contact avec une personne atteinte de variole simienne
  • Hommes et personnes gaies, bisexuelles, trans et queer qui ont eu ou auront des contacts sexuels avec au moins un nouveau partenaire masculin.

Si vous pensez être admissible, selon les critères, demandez votre vaccin à l'infirmière de votre communauté.

Comment puis-je recevoir un vaccin contre la variole simienne ?

Si vous êtes admissible à la vaccination, appelez votre CLSC/Nursing station, demandez-le à une infirmière de Santé publique ou une infirmière COVID. Il est disponible dans toutes les communautés. Vous pouvez consulter n'importe quel fournisseur de soins de santé en qui vous avez confiance : les services sont confidentiels.

Que dois-je faire si je pense avoir la variole simienne ?

Si vous pensez avoir la variole simienne ou ses symptômes, vous devez appeler votre CLSC/Nursing Station pour prendre un rendez-vous.

Des tests sont disponibles pour détecter la maladie. Les personnes atteintes de la variole simienne peuvent prévenir la transmission à d'autres personnes grâce à des mesures de prévention de base comme l'auto-isolement, le port d'un masque et le recouvrement des lésions cutanées jusqu'à leur guérison.

Toute personne présentant des symptômes de variole simienne doit consulter immédiatement un professionnel de la santé.

Que dois-je faire si je pense avoir été en contact avec une personne atteinte de la variole simienne ?

Les contacts asymptomatiques peuvent demander un vaccin contre la variole pour prévenir la maladie. Ils peuvent poursuivre leurs activités quotidiennes habituelles. Une surveillance des symptômes est recommandée pendant une période de 21 jours depuis le dernier contact avec la variole simienne. Les contacts qui présentent des symptômes doivent appeler le CLSC/Nursing Station.

Risque de transmission au Nunavik

La transmission à de grands groupes au Nunavik est très peu probable. Toutefois, la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik et les Centres de santé suivent la situation de près et tiennent les cliniques informées. La détection précoce de la présence de la variole simienne dans une communauté peut aider à limiter la propagation du virus.